Ignorer et passer au contenu
Aeternum, votre boutique magique & ésoterique en ligne
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 10% de réduction sur votre première commande
Paiement sécurisé par carte bancaire, Apple Pay et PayPal
Aeternum, votre boutique magique & ésoterique en ligne
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 10% de réduction sur votre première commande
Aeternum, votre boutique magique & ésoterique en ligne
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 10% de réduction sur votre première commande
Paiement sécurisé par carte bancaire, Apple Pay et PayPal
Aeternum, votre boutique magique & ésoterique en ligne
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 10% de réduction sur votre première commande
Aeternum, votre boutique magique & ésoterique en ligne
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 10% de réduction sur votre première commande
Paiement sécurisé par carte bancaire, Apple Pay et PayPal
Aeternum, votre boutique magique & ésoterique en ligne
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 10% de réduction sur votre première commande
La cité engloutie d'Ys

La cité engloutie d'Ys

Comme vous le savez peut-être, derrière Aeternum se cache une petite entreprise basée en Bretagne (dans le sud du Finistère pour être précis). Et il est bien connu que ce territoire vit au rythme des légendes, mythes et pratiques magiques plus ou moins connus (Brocéliande, Merlin, la Fée Viviane, les Alignements et bien d'autres). Ainsi, pour mettre en lumière notre beau territoire, nous publierons régulièrement des légendes peu connues issues de l'histoire bretonne.

Découvrons ensemble la légende de la ville disparue d'Ys et de sa forte symbolique païenne. Notez qu'il existe plusieurs versions de cette légende, certaines ayant été fortement influencées par le catholicisme. Nous tâchons ici de vous présenter l'histoire originale.

ville d'ys

Baigné dans les traditions païennes, le jeune Gradlon, séduit par Malgven, la reine du septentrion, rencontre cette souveraine lors d'un raid guerrier. Cette dernière, semblable à une fée-druidesse, captive son cœur. Toutefois, Gradlon s'attire les foudres de cette dernière en embrassant le christianisme et en sollicitant l'orientation de Saint Guénolé, un ecclésiastique du Ve siècle en Bretagne.
En franchissant un cours d'eau impétueux pour s'éloigner de lui, Malgven met Gradlon au défi de ne pas la suivre. Ignorant son avertissement, le Breton fou amoureux se jette dans le flot déchaîné. Contrainte de sauver Gradlon de la noyade, Malgven, bien qu'elle le sauve, ne peut réprimer son animosité à son égard, révélant ainsi que les flammes de son amour n'étaient pas totalement éteintes.

Des années plus tard, cet amour perdu réapparaît à travers Dahud (ou Dahut), la fille de Gradlon et de Malgven.

dahut ys

Le terme Dahud, d'origine celtique, se traduit par « bonne magie ». Elle incarne une entité de l'Autre Monde celtique, appelé Sidh (ou Inframonde, Outremonde, Au-Delà selon les croyances).

Dahud, ainsi héritière, incarnait l'esprit et les traditions de la reine du Nord. Attachée aux rites des déesses antiques, Dahud critiquait ouvertement l'évêque Corentin de Quimper, l'accusant de plonger la région dans la morosité et l'ennui. Elle s'opposait frontalement aux moines et sollicitait de son père la construction d'une cité, Ys ou Ker-Is, où l'on vivrait selon les préceptes païens, dans une ville dépourvue d'église.

Ainsi débuta la construction d'Ys (ou Is), une ville rapidement emblématique de l'ancienne civilisation celtique confrontée à l'arrivée du christianisme. À Ys, le plaisir dominait, un mode de vie jugé insupportable par la religion chrétienne naissante. Sous le règne de Gradlon, la ville était un modèle d'égalité. Ses habitants jouissaient d'une grande richesse, et la cité, ouverte à divers peuples et croyances, brillait par son opulence et sa splendeur.

Située dans la baie de Douarnenez, en Cornouaille, Ys était considérée comme la plus magnifique des villes du monde, surpassant même Lutèce, qui fut renommée Paris, car en breton Par-Ys signifie "semblable à Ys".

Dominant Ys de son autorité incontestée, Dahud se posait en protectrice des croyances ancestrales celtiques, résistant à la montée du christianisme. Profondément connectée à la déesse de la terre, à qui les monts d'Arrée doivent peut-être leur nom (certaines versions indiquent que Dahud se nommerait aussi Ahès), Dahud lui rendait hommage par des promenades régulières en forêt, célébrant ainsi les joies de la nature et de la sensualité.

Vivant en accord avec les principes de l'amour libre, Dahud ne s'était pas mariée. Chaque nuit, elle invitait un nouvel amant au palais, lui faisant porter un masque de soie. Dès les premières lueurs du soleil, l'amant était invité à quitter la chambre rapidement.

légende d'ys

Ce mode de vie, jugé pécheur, attirait les admonestations constantes du très pieux Saint Guénolé, qui ne manquait pas de la mettre en garde à travers ses sermons.

L'arrivée d'envoyés de l'Église catholique romaine marque un tournant pour la ville d'Ys. Ils viennent avec un ultimatum pour Gradlon : accepter la construction d'une église au sein de la cité, ou bien voir Ys détruite par les forces romaines. Face à cette menace, Dahud, indignée par la pression exercée sur son peuple et ses traditions, quitte la ville pour se réfugier dans les monts d'Arrée. Là, elle implore le secours de Cernunnos, divinité celte de la fertilité, reconnaissable à ses cornes de cerf.

cernunnos

Cette caractéristique physique, interprétée plus tard par l'Église comme un signe diabolique, a contribué à l'assimilation de Cernunnos avec le diable. 

Il lui conseille de retourner à Ys, lui promettant que, sous le voile de la nuit, il interviendra pour sauver la ville.

La barbarie et la détermination de l'Église étant sans borne, elle remarqua que la ville d'Ys était construite en dessous du niveau de la mer. Qu'à cela ne tienne, la clé des barrages fut volée à Gradlon et l'eau inonda puis submergea toute la ville, étouffant les cris et supplications des habitants.
Gradlon emmena de justesse sa fille Drahud grâce à Morvach, un cheval des mers envoyé par Malgven. Fou de rage de cette tentative, Saint Guénolé obligea le roi à abandonner sa fille dans la tempête, elle qui représentait toute la quintessence du pêché. La tragédie qui submergea Ys sous l'océan entraîne la disparition de la princesse Dahut.

ville d'ys

Néanmoins, la légende affirme qu'elle n'a pas péri mais continue d'errer dans la baie de Douarnenez, métamorphosée en sirène (devenue Morgane la déesse des mers bretonnes). Ys demeurerait intacte et vivante sous les eaux, ses habitants ayant acquis l'immortalité.

La prophétie dit qu'un jour, une personne parviendra à apercevoir la ville engloutie et à s'y aventurer, brisant ainsi le charme protecteur de Cernunnos. À ce moment-là, Ys émergera des profondeurs, plus éclatante que jamais, signalant le retour des héros bretons de l'Autre Monde, le royaume des morts celtique. Il est également raconté que, sous certaines lumières solaires, les remparts de la cité se dessinent sous les flots et que les cloches de ses tours sonnent encore, notamment lors de journées empreintes de magie, comme le 1er mai.

N'hésitez pas à tendre l'oreille si vous passez dans la région...

Laissez un commentaire 💬

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Panier 0

Votre panier est prêt à recevoir vos merveilles ✨

Découvrez nos produits